jeudi 22 novembre 2012

Poésie Maçonnique... L'initiée


Les chemins de la vie
 m'ont amenée jusqu'ici...
sur les parvis du Temple
Pourquoi suis-je en ces lieux ?
J'ai marché sur des sentiers qui se ressemblent...
méditant en contemplant les cieux...

Sous la surface,s'éveille un mouvement,
Sentiment de faire partie d'un tout...
Dois-je prier ou me mettre à genoux ?
Un appel intérieur...Sentiment d' immanence
Suis-je prête à ouvrir les verrous?
Je cherche avec patience le bon angle...
L'angle nécessaire pour entrer dans le Temple...

Pour tailler ma pierre brute, en polir les rugosités
Me servir de l'equerre avec rigueur et précision
Développer ma rectitude...
Agir lentement avec attention
Dépasser le doute et l'incertitude...
-
Avec le compas et son exactitude,
réunir le haut et le bas pour affuter ma pensée...
et relier le matériel à la voute étoilée...
Toujours tendre vers la perfection... 
Sans jamais la toucher...

Partir de sa forme brute pour la rendre cubique
se diriger vers la pointe, sommet des principes hermétiques
Ecouter et se taire ...chercher les premiers principes...

De par ces outils qui me poussent vers l'avant,
De l'accord du maillet et  ciseaux, étroitement liés
Surtout réfléchir à ce qu'ils soient bien placés
Se mettre à l'abri en portant le tablier 
Les mains protégées des salissures par les gants
Diriger ma force et frapper !

Tout commence ici et maintenant
pour harmoniser l'esprit et  la matière
Ici, tout est symbole de bien des manières

Frapper et l'on vous ouvrira...Une porte s'est ouverte..
L'esprit fraternel de l'égrégore est derrière...
Il guide l'impétrant  vers la lumière
Comprendre les symboles, percevoir ce qui est caché
chercher , comprendre ...Etre à la découverte...
de moi-même et de l'autre, je dois tailler ma pierre ...
L'initiation fait-elle de moi une initiée?
Rien n'est fait et tout reste à faire...
Le chemin est long pour accéder
à la gemme voilée,

Je suis au début de la connaissance des mystères,
pour participer à la construction de la Cathédrale,
et expérimenter la pierre philosophale

Je suis le récipiendaire...



jeudi 15 novembre 2012

Poésie Maçonnique... L'ennemi dans le miroir



Miroir, cette surface plate et lisse
sur lequel, sans obstacles, mon regard glisse...
Simple objet physique ? ou porte secrète métaphysique ?
cherchant dans l'infini des jeux de glaces, les premiers principes
Réfléchissant avec simplicité, la lumière dans  son contraire
ou me faisant réfléchir à la vérité qui se cache derrière...
 Selon l'angle de réflexion,
différente sera la direction

Ce reflet inversé de moi-même
comme un ennemi rempli de haine...
ne fait que confronter ma dualité...
De ces 2 images, où se dissimule l'unité ?

Il n'est guère flatteur, ni enchanteur
Trop fidéle, ce visage qu'il renvoie et que je cache au monde
Ce masque de comédien aux odeurs nauséabondes
Il dévoile mon paraitre et me montre mes erreurs
tout en m'invitant au cheminement intérieur

Je suis mon ennemi...
et je le vois ici,
dans cet écho  renvoyant à l'ego,
Vivant symbole de tous mes maux

Par l'Alchimie des reflets,
il me conduit aussi à l'invisible
en me donnant consciemment la clé
pour m'inviter à  le traverser 
Il devient nécessité irrépressible

Me montrant la voie
de la pierre cachée
Plonger au plus profond de soi
pour espérer la trouver...

Le double que je voie dans la psyché
symétriquement est opposé, mon inversé
Le blanc, le noir, comme un échiquier
Mosaïque de Positif et négatif... 
Pour changer l'ennemi
Il  faut transmuter..
Reconnaitre l'ami...

Jeux de bataille pour L'Ego 
Je est accusatif
Je est vindicatif
confronté à sa peur de disparaitre...
tenter le tout , résister , c'est son dernier mot
Au final, il n'y a rien à vaincre, il n'y a que l'Etre

Pour atteindre l' indivisible
Le miroir est le liant de mes dualités
Il capte mon âme invisible
concilier le tout pour atteindre l'unité

Suis je virtuel ou réel ? souffle le squelette
Lequel des 2 mondes est le mien
Quel reflet est lié à mon  destin?
Passage de l'un a l'autre en va et vient
Pour me renvoyer une image juste et parfaite 

Pour que je puisse l'apercevoir
Pour qu'elle se laisse entrevoir
Faut-il le briser?
ou le traverser?
S'il te plait, dis moi miroir...

mardi 23 octobre 2012

Poésie Maçonnique ... Le chant du Silence





Ecoutes!
Mais écoutes bien !
Tu n'entends rien?

J'ai un doute...

Sois attentif !

Je suis interrogatif...

Non..rien, que devrais-je entendre ?
Je ne demande qu'à comprendre...

Rien justement, seul le silence qui te parle...

Le silence parle ?
n'est-ce pas contradictoire?
Difficile à concevoir

Oui je parle, dit le silence
Je peux parler de bien des façons, je peux crier même...
voire être assourdissant, je peux même dire "je t'aime"

Il est bien des silences..
de ceux qui enseignent la patience...
Le silence de la bouche...le silence des oreilles
Bouche fermée de celui qui ne peut parler
Oreilles tendues vers des paroles en sommeil
le silence du coeur est le plus terrible,
Il assèche l'amour qui voudrait s'exprimer
Les sentiments deviennent inaudibles
pour qui voudrait les sublimer

On peut le voir en noir ou en blanc,
selon qu'on l'on  pense en négatif ou en positif....
Le silence de la timidité qui s'autocensure, du mutisme accusatif
Le silence de l'ennui qui s'étire vers un  malaise parlant
faut'il vraiment combler le silence?
Ne peut-on regarder ce  secret comme une chance?

On peut le voir comme une entité mal à l'aise
alors qu'il n'est simplement que réflexion
Qui est vraiment incommodé?
Celui qui ne parle pas 
ou celui qui n'entend pas ?
Le Silence peut être synonyme d'attention
Plus encore, il est un lien dans une fraternité soudée
 Mains réunies par la chaîne d'union

Le silence communique par lui seul
A lui seul il peut te parler, se manifester,
Il peut te dire beaucoup de chose ou simplement refuser de communiquer
Cacher  les secrets les plus profonds, comme un linceul
C'est ta façon de l'écouter qui donnera sa traduction
Ta façon de le voir qui expliquera sa pensée,
 il se livrera avec quiétude, sans agitation
Car le Silence est aussi nécessaire que les Mots  
Pour entendre la Langue des Oiseaux …
 
Mais il ne peut exister sans son opposé

Comment reconnaitre le silence si l'on ne connait pas le son
les unir en paroles ou phrasés serait fécond
comme une mélodie, il est nécessaire qu'ils soient bien disposés

Le Logos  vibre de toutes ses forces pour briser le silence
mais  ne peut le faire, car il fait partie de lui
Le silence ponctue chaque son, ils sont complémentaires et unis
Ils ne peuvent exister l'un sans l'autre, ils sont indivisés ,
 La Musique des mots se façonne en  sons et  silences
-
2 entités complémentaires réunis en une trinité
pour fonder la parole créatrice... le Verbe qui ensemence




dimanche 21 octobre 2012

Poésie Maçonnique...Le Soleil a rendez-vous avec la Lune...



La Lune, douce sphère  imaginative...
Mère intuitive, dans la nuit, se drape d'argent...
Elle attend, avec patience, contemplative..
l'astre bien aimé, le  Flamboyant
J'ai rendez vous avec le Soleil, dit-elle
mais il est absent
Que ses rayons m'éclairent, me révèlent
Toutefois, il est trop distant...
-
Le soleil s'auréole dans le ciel
de  rayons ardents,
Il est Maitre du jour... pourtant...
 Il  lui manque une chose essentielle...
Il se sent inachevé...
Une pièce manque au puzzle
comme le yin et le yang sont liés
Pourquoi se sent-il si seul?
-
On ne peut reconnaitre la clarté
que lorsqu'on a connu l'obscurité
Sa raison lui souffle doucement :
Quelque part, ta moitié t'attend...
-
Comment se rencontrer
lorsqu'on l'on est aux extrémités?
La lumière s'oppose à la nuit
Comment rapprocher midi de minuit?
Nous sommes trop différents...
-
A l'aurore, ils s'étaient devinés
Au crépuscule,ils s'étaient presque trouvés
Combien de rendez vous manqués ?
A la faveur d'une éclipse où l'or et l'argent se fondent,
  se rapprochent les amants
  Agir pour atteindre l'accomplissement...
Dualité féconde
-
Les opposés se complètent,
sur la voie du milieu, en une seule silhouette
-
Là où  les frontières se font floues
sur la ligne incertaine,
se rencontrent les époux
Gestation souterraine
-
Noces alchimiques
réunissant les principes
Naissance apocalyptique
-
Sa mère est la Lune, son père  le Soleil,
La Terre l'a porté
Le Vent l'a bercé
Le blé peut germer
Lentement , il s'éveille
-
Comme le bon grain se sépare de l'ivraie
Sortir du sommeil
et nous éclairer de vérité
-
Le dormeur doit se réveiller

mardi 16 octobre 2012

Poésie Maçonnique... Pierre Brute



La pierre brute est dans l' attente...
Ciseau, maillet marquent une fente...

Recherche du meilleur angle

D'une volonté sans faille,
le tailleur initie le travail

avec force et détermination
focalisant son attention...

Méticuleux labeur...

Prodigue ta sueur,
oeuvre avec ardeur

Entailles
Cisailles

Maitrisant l'art du trait
Il biaise la failure,
besogne avec precision...
brisant l'armure,
réfléchit sur sa condition
Architecte créant la structure...


D'un bloc de granit ou de marbre...
Matières ô combien dissemblables
comme peuvent l'être des âmes...

Vitriol d'anthracite
Vision stéréotomique
Alchimiste, cherche ta pierre cachée
En toi, le chef d'oeuvre est achevé

Evolue vers la voie pure et belle
Retrouve l'Etat primordial
de l'esquisse Initiale

 La roche contenait d'emblée l'Essentiel


Poésie. Maçonnique... Cabinet de Réflexion

Moment de solitude,
dans cet antre noir aux parois glacées
Espace clos...exigu... à peine éclairé
par la flamme d'une bougie vacillante...
Elle danse, tremble, parait  vivante
Ici s'effacent toutes mes certitudes
-
Sous son manteau de chair et de sang,
mon âme enchainée de matière,
prisonnière de ce  carcan,
pousse un cri déchirant,
comme une céleste prière
dans ce  silence assourdissant
 -
Des symboles se succèdent sous mes yeux attentifs
Cryptage hermétique...obscurs hiéroglyphes...
Certains me sont familiers...
Je ne suis pas vierge de mon passé
Pour la profane silencieuse que je suis....
fulgurante compréhension que rien n'est acquis
 -
Dans un sablier, des poussières s'écoulent...
Le temps  passe... Tempus fugit...
Ma vie s'efface... fin d'un rite...
L' anima m'est comptée, cible de la goule...
Le coq chante l'avènement de la  lumière
Près d'un crâne à l'ossature blanchâtre,
Abandonne le matériel...chercheur de l'aurifère,
Ce monde est illusion... un théâtre...
Ici bas, tout est éphémère....
Ne cède pas aux chimères
 -
Le Miroir m'interroge ...me saisit de vertige
Obscure image... impénétrable reflet
Ami ou ennemi ? Illusion lourde de secrets
Quelle est ma véritable nature?
Mon visage se fige...
Déshabillage...Fissure de l'armure...
De cet être que je suis, imparfait,
remplis de doutes, insatisfait....
Mise en question de l'ego, vestige d'un passé...
 -
Caverne alchimique, où Souffre, et Mercure se côtoient..
Mouvant, cherchant leur équilibre, instables de nature
Le sel paisiblement révèle leur juste identité...
D'une apparente dualité, se dessine la voie...
Les dès sont jetés, omniprésence de la conjoncture
L'équilibre doit se produire pour que  naisse l'unité...
-
Inscrit face à moi,  V.I.T.R.I.O.L
Ce mot semble agressif au 1er abord
Il reflète la peur, la souffrance et la mort
Mais non, les préjugés ont la vie dure
Des points séparant les initiales me montrent le chemin
L'Acronyme ... indiquant la recherche d'une âme pure
La lumière cachée...cherchant à percer la structure
comme seule la nuit peut révéler la luciole..
Le divin  chemine lentement dans l'humain...
 -
Posé sur une table, un parchemin vierge m'attend...
Ne reste qu'à prendre la plume, ici et maintenant
pour rédiger un texte que l'on nomme  testament
Qu'ai-je donc à léguer d'important?
Rien de matériel c'est évident....
Je meurs à moi-même pour renaitre....
subtile et lente transformation de l'être...
-
se révéler patient
se montrer perséverant
oeuvrer  constamment
Etre vigilant
-
le chemin est long, la rose à des épines
Travailler avec rigueur et discipline
La vie, la mort...cycle éternel
Mourir pour renaitre
Etre et ne plus paraitre...
Abandonner ce masque artificiel
-
Ici commence un nouveau rituel

Poésie Maçonnique... Le grand Echiquier



Sur un plateau de marbre aux desseins croisés,
se dessine une alternance blanche et noire en carré,
de lignes se croisant en des terres imprécises.
De parallèles en perpendiculaires, les chemins se divisent,
Sur un canevas de Croix, l'Etre s'incarne sur le plan...
laissant la conscience en suspens...

Il prend densité, devient matière
Cachant au creux de son âme altière,
un symbole flamboyant,

Mosaïque alternant l'ombre à la clarté
Le chemin est ardu, La rose a des épines...
Illusions d'un monde aux reflets hermétiques
Le Moi se conforte dans sa dualité
Mauvaise tactique...

Aller à droite, à gauche ou en travers...
Vers Le haut, vers le bas....
que l'on ne distingue pas
Suivre la règle, ou couper à l'équerre ?
Enfreindre les lois ? Marquer un coup décisif
Le Mat est risqué, l'échec est clair...

Le Jeu est interrogatif quand le Je est dubitatif


Dépasser l'Ego pour atteindre l'Unité
en faisant fi de son obscurité,
Vaincre ses dualités
Pour ainsi les concilier
Découvrir leurs complémentarités

Bien, Mal ? Tout n'est qu'apparence...
Le positif ne peut exister sans le négatif
Dynamique de l'alternance...

Simple question de discernement
Agir avec intelligence
sans émettre de jugement

Enfin, comprendre...
Accéder à la connaissance
en surmontant son ignorance
Restaurer l'originel Equilibre...

Animalité aspirant à retrouver sa lumière initiale
Ne cherche pas trop loin, en des régions abyssales
Elle est la en toi, depuis toujours, ancestrale


Connais toi toi-même, enseignait Socrate
Prendre patience, travailler sans hâte,
avec constance et précision
Laisser se manifester l'Illumination...

Poésie tout simplement ... Et cueillir les étoiles....

Toi le sans-diplôme, le petit ouvrier travaillant à la chaine comme un forcené pour simplement gagner ta vie... Un chem...